IDÉES CADEAUX

Les rubriques

Nouveaux articles

Chroniques

IDÉES CADEAUX / Domaine allemand traduit

Le noyau blanc

Le noyau blanc

de Christoph Hein, Nicole Bary (Traducteur)
Éditions Métailié, 2016
23,00 €

Rüdiger Stolzenburg a presque la soixantaine. Chargé de cours à l'université de Leipzig, il n'a aucune chance de voir sa carrière universitaire progresser ; en général, lorsqu'un poste de professeur se libère, il est attribué à un collègue de l'Ouest. Son champ de recherches - le librettiste et compositeur Weiskern - n'intéresse personne : impossible donc de trouver des crédits de recherche. Sa vie privée n'est guère plus enthousiasmante, bien qu'il collectionne les femmes, jeunes, voire même très jeunes, et piétine allègrement l'amour de la seule femme qui tienne vraiment à lui.
Or, Stolzenburg a des difficultés financières, car dans la nouvelle Allemagne son maigre salaire de chargé de cours ne suffit plus à lui assurer le train de vie auquel il aspire, d'autant que le fisc de la réunification vient de lui notifier un redressement d'impôts assez conséquent. Rüdiger croit voir son heure de chance dans une proposition qui lui parvient via Internet : un collectionneur l'informe être en possession de manuscrits inédits et inconnus de Weiskern pour lesquels il cherche un acquéreur.
Pris d'une passion furieuse pour ces textes, il remue ciel et terre pour trouver l'argent. Envisage même de se laisser acheter par un étudiant en échange d'un diplôme. Christoph Hein a habitué ses lecteurs à son regard lucide et à ses descriptions sobres et incisives. Dans ce roman il souligne la façon dont la chute du Mur et la réunification ont profondément modifié le cours de la vie des Allemands de l'Est.
Son héros, naïf, mal à l'aise avec les règles d'une société dans laquelle chacun est en concurrence avec tous pour conquérir sa place au soleil, est l'éternel perdant de ce nouvel ordre du monde.

Lettre à la république des aubergines

Lettre à la république des aubergines

de Abbas Khider, Justine Coquel (Traductrice)
Éditions Piranha, 2016
18,00 €

Pour avoir participé à une soirée entre amis autour d'un livre interdit par le régime de Saddam Hussein, Salim, jeune étudiant irakien, est arrêté par la police et risque une lourde peine de prison. N'ayant pas d'autre choix que de fuir un pays où les habitants manquent de tout sauf d'humour et d'aubergines, il trouve refuge en Libye. Sans nouvelles de ses proches, son seul but est désormais de faire parvenir, en déjouant la censure, une lettre à sa fiancée pour l'assurer de son amour fidèle. De "Kadhafi City" à Bagdad City, en passant par Le Caire et Amman, son courrier, confié à un réseau clandestin, suit un étrange et périlleux parcours, au fil de chapitres souvent drôles et parfois glaçants qui dressent un portrait surprenant du monde arabe.

Né à Bagdad en 1973, Abbas Khider, libéré de prison après avoir purgé une peine de deux ans pour raisons politiques, parvient à fuir son pays en 1996. Au terme de quatre années d'une vie d'immigré clandestin dans plusieurs pays, il atteint finalement l'Allemagne où il étudie la philosophie et la littérature. II vit aujourd'hui à Berlin.

La montagne magique

La montagne magique

de Thomas Mann, Claire de Oliveira (Traductrice)
Éditions Fayard, 2016
39,00 €

Écrite entre 1912 et 1924, La Montagne magique est l'un des romans majeurs du vingtième siècle. Cette oeuvre magistrale radiographie une société décadente et ses malades, en explorant les mystères de leur psychisme. Le jeune Hans Castorp rend visite à son cousin dans un luxueux sanatorium de Davos, en Suisse. Piégé par la magie de ce lieu éminemment romanesque, captivé par des discussions de haut vol, il ne parvient pas à repartir.
Le jeune Allemand découvre son attirance pour un personnage androgyne et, au mépris du danger, se laisse peu à peu envoûter par cette vie de souffrances, mais aussi d'aventures extrêmes en montagne et de dévergondage, où fermentent des sentiments d'amour et de mort. Évocation ironique d'une vie lascive en altitude, somme philosophique du magicien des mots, ce vertigineux "roman du temps" retrouve tout son éclat dans une nouvelle traduction qui en restitue l'humour et la force expressive.

Chronique des sentiments - Livre 1

 Chronique des sentiments - Livre 1

de Alexander Kluge, Vincent Pauval (Préfacier)
Éditions POL, 2016
33,00 €

"Alexander Kluge est relativement connu, en France, pour sa filmographie, abondante et variée, qui a d'ailleurs fait l'objet d'une large rétrospective à la Cinématèque Française en 2013. L'écrivain est en revanche ici pratiquement ignoré, sinon des germanistes, alors qu'il est une des figures les plus célèbres de la littérature allemande contemporaine et salué comme tel par les médias allemands, le public, l'édition. Son originalité réside dans une manière de parler de la réalité contemporaine allemande en s'appuyant aussi bien sur son immense culture classique que sur un maniement très original de la fiction, à travers, le plus souvent, de brèves séquences qui sont autant d'apologues dont la juxtaposition et l'accumulation finissent par composer une véritable fresque de l'histoire de son pays et, au-delà, de celle de la pensée et de la sensibilité occidentales. Cette écriture, cette démarche si originales sont actuellement absentes du paysage littéraire français, c'est la raison pour laquelle une traduction de l'ensemble de cette gigantesque entreprise qu'est « Chronique des sentiments » nous a paru indispensable. Les sentiments sont les véritables occupants des vies humaines. On peut dire d'eux ce que l'on a dit des Celtes (nos ancêtres, pour la plupart d'entre nous) : ils sont partout, seulement on ne les voit pas. Les sentiments font vivre (et forment) les institutions, ils sont impliqués dans les lois contraignantes, les hasards heureux, se manifestent à nos horizons, pour s'élever au-delà vers les galaxies. On les trouve dans tout ce qui nous concerne. Ce dont les hommes ont besoin au cours de leurs vies, c'est de l'ORIENTATION. Comme il en faut aux bateaux. Telle est la fonction d'un si gros livre : que l'on compare, se sente rebuté ou attiré, dans la mesure vu qu'un livre fonctionne comme un miroir. Nul ne lira autant de pages d'un seul coup. Chacun se contentera d'aller vérifier, comme dans un calendrier ou, précisément, une CHRONIQUE, ce qui le regarde. L'orientation subjective - savoir à quoi me fier, ce que je dois craindre, à quoi tiennent les actes délibérés - donnent ce courant de fond, que le temps qui court ne suffit pas à transformer et qui constitue la vraie chronique."

Présentation de l'éditeur

Quand on rêvait

Quand on rêvait

de Clemens Meyer,
Alexandre Rosenberg & Sven Wachowiak (Traducteurs)
Éditions Piranha, 2015
27,00 €

Daniel, Rico, Mark, Walter et leurs copains vivent à Reudniz, un quartier pauvre de Leipzig. Ils ont treize ans au moment de la réunification, à l'automne 1989. Après les jeux de l'enfance et le strict encadrement des mouvements de jeunesse et de l'école du régime communiste, vient pour eux le temps de l'adolescence dans un pays nouveau où les règles d'hier n'ont plus cours. Les vols de voiture, les bagarres, l'alcool, la drogue et les fêtes les aident à se sentir libres, à tenter de réaliser leur rêve, celui de devenir "les plus grands" de Reudnitz et même de toute la ville.
Tour de force narratif, écrit dans une langue crue et vive, Quand on rêvait, à travers le destin émouvant et terrifiant de ces gamins qui ont perdu tout repère, aborde les thèmes de l'amitié et de la trahison, de l'espoir et des illusions, de la brutalité et de la tendresse. Il est à la fois le récit d'une jeunesse perdue et celui de la recherche effrénée et utopique d'une vie meilleure.

Un amour aussi grand que le désert de Gobi vu à travers une loupe

Un amour aussi grand que le désert de Gobi vu à travers une loupe

de Tilman Rammstedt,
Brice Germain (Traducteur)
Éditions Piranha, 2015
20,00 €

Keith est né dans une famille tout à fait singulière : de sa mère, il sait peu de chose ; de son père, absolument rien. Tout comme ses quatre frères et soeurs supposés, il a été élevé par son grand-père et une succession de "grand-mères" toujours plus jeunes. Pour le quatre-vingtième anniversaire du patriarche, les petits-enfants lui offrent un voyage pour la destination de son choix. Quand l'excentrique aïeul annonce qu'il a choisi de se rendre en Chine, c'est Keith, à son grand dam, qui est désigné pour l'accompagner.
Pour la première fois de sa vie, il décide de ne pas obéir et dépense tout l'argent du voyage au casino. La situation se complique encore quand il apprend le décès de son grand-père. Pour éviter de tout avouer à sa famille, Keith commence à écrire des lettres racontant leurs aventures chinoises qui, au fur et à mesure, deviendront de plus en plus détaillées et extravagantes. Un livre pétillant, truffé de trouvailles hilarantes, qui se referme forcément le sourire aux lèvres.

De rage et de douleur le monstre

De rage et de douleur le monstre

de Terézia Mora
Françoise Toraille (Traducteur)
Éditions Piranha, 2015
28,00 €

Auto-boulot-dodo. Voilà à quoi se résumait la vie de Darius Kopp. Jusqu'à ce qu'il perde son travail et que sa femme Flora se suicide. Depuis, complètement apathique, il ne sort plus de chez lui, tue le temps en regardant la télévision et ne se nourrit plus que de pizzas. Un jour pourtant, poussé dehors par son ami Juri, il décide de reprendre les choses en main : il se résout à lire le journal que sa femme écrivait en hongrois et à disperser ses cendres.
Mais où ? Dans le village hongrois où elle est née, à Budapest, en Slovénie, au pied du mont Ararat, en Grèce ? Darius entreprend alors un long voyage à travers l'Europe, en quête de la vérité sur sa femme et sur lui-même. Dense, picaresque, foisonnant, le roman de Terézia Mora multiplie les possibilités de lecture grâce à une langue à la fois littéraire et informelle, à l'alternance des points de vue au sein d'une même phrase et à sa présentation typographique originale.

Toute personne qui tombe à des ailes - Poèmes 1942-1967

Toute personne qui tombe à des ailes - Poèmes 1942-1967

de Ingeborg Bachmann, Françoise Rétif (Traducteur)
Éditions Poésie/Gallimard, 2015
16,50 €

Comme l'annonce d'emblée sa traductrice et préfacière : « On n'en finit jamais de découvrir Ingeborg Bachmann ». L'une des raisons est qu'elle a laissé derrière elle, du fait de sa mort soudaine, brûlée vive en 1973 dans sa chambre d'hôtel à Rome, des centaines de pages inédites.
Cette anthologie de son œuvre poétique a pour but de la révéler plus intimement, dans la vérité et l'acuité de sa démarche. Le présent volume n'a d'ailleurs pas d'équivalent, même en pays germanique : il présente l'œuvre lyrique dans sa continuité, des premiers poèmes composés par la jeune fille de seize ou dix-huit ans, inédits en français, et pour un certain nombre en allemand aussi, aux esquisses tardives, écrites jusqu'en 1967, mais publiées seulement en 2000 à titre posthume.
Le choix qui s'exprime dans ce livre (dont l'intitulé reprend l'un des vers d'Ingeborg Bachmann) tend à mettre en lumière la constance d'une quête, c'est-à-dire la précocité et la persistance de thématiques qui ne cessent de transparaître à travers la pluralité des formes et des genres, dans la réécriture de la tradition et dans sa déconstruction, dans la recherche surtout d'une nouvelle « logique » et de nouvelles manières de pensée et d'être. L'ombre, l'obscur, l'angoisse, l'expérience quasi originelle des ténèbres, mais également un vif appétit de vie, allié à une soif de lumière et d'amour, hantent toutes ces pages, parfois jusqu'à l'obsession. Avec la conscience aiguë qu'une vocation de poète, s'il lui arrive d'avoir parfois l'oreille des dieux, ne peut échapper à une certaine malédiction, et se doit de payer un tribut aux morts.

592 pages, sous couverture illustrée, 108 x 178 mm

Entre frères de sang

Entre frères de sang

de Ernst Haffner
Presse de la cité, 2014
23,00 €

Berlin, 1930. La ville est une jungle où chacun se bat pour sa peau. Tous, Jonny, Fred, Ludwig, Willi et les autres sont passés par la même phase : une fois leur domicile ou foyer abandonné, c'est la rue qui les a accueillis. Tous ont les mêmes ennemis : le froid, la faim, la police. La maladie aussi, tout particulièrement la syphilis. Tous attendent avec impatience d'avoir vingt-et-un ans, la majorité qui fera d'eux des sans-papiers officiels.

Traduit de l'allemand par Corinna Gepner

Le russe aime les bouleaux

Le russe aime les bouleaux

d'Olga Grjasnowa
Les escales, 2014
24,00 €

Par la nouvelle voix de l'avant-garde littéraire berlinoise, un premier roman coup-de-poing, l'odyssée bouleversante d'une jeune femme en fuite, qui s'élève en porte-parole de toute une génération à la fois cosmopolite et en quête d'identité. Mascha est juive, azerbaïdjanaise, russe, allemande. Dans son monde, toutes les langues et les cultures se mêlent. "Immigré", "identité", "patrie" : ces mots ont le don de l'énerver.

Traduit de l'allemand par Pierre Deshusses

Sable

Sable

de Wolfang Herrndorf
Éditions Thierry Magnier, 2014
27,00 €

Une ville du Maghreb située en bord de mer, sale, chaotique, corrompue, mais aussi pittoresque. En toile de fond les montagnes et le désert, et une piste qui mène vers l'oasis. Des soirées mondaines sont organisées par des écrivains, et des communautés d'idéalistes venus de tous les coins du monde sont installées là. Au milieu de ce petit monde circulent des agents secrets, des brasseurs d'affaires et des contrebandiers de tout poil.
Roman policier ? Peut-être : quatre membres de la commune de hippies sont assassinés. Roman d'espionnage ? Que fait ici la jeune et belle Américaine Helen Gliese... Ce sont les malentendus qui règnent en maître dans cette Babel nord-africaine. De quoi parle-t-on ici ? À quoi a-t-on affaire ? À un thriller exotique ? À un roman d'espionnage ? À une fresque postcoloniale ? Entrer dans ce livre suppose d'accepter de perdre pied, d'abandonner ses habitudes de lecture et son horizon d'attente.
Jusqu'au bout, le lecteur a le sentiment d'avoir manqué un maillon, et d'être en-deçà de ce qu'il devrait pouvoir comprendre.

Traduit de l'allemand par Isabelle Enderlein

Berlin

 Berlin

d'Alex Jordan (textes bilingues en français et allemand de Klaus Staeck et Stephan Weitzel)
Éditions Créaphis, 2013
20,50 €

Le Reichstag, la porte de Brandebourg, Unter den Linden, Potsdamer Platz, Alexanderplatz... Les photographies d’Alex Jordan laissent tout cela de côté et tentent plutôt de capter peu à peu le curieux climat, la drôle d’atmosphère qui imprègnent la capitale allemande. Photographies prises à Berlin au cours des quatre dernières décennies, avant et après la chute du Mur, elles suivent les affinités visuelles entre les objets, les comportements et les manières d’être de Berlin, de 1978 à 2012 — qu’ils fassent écho à un passé tout proche ou qu’ils paraissent anticiper les années dites « d’après ». Un travail de longue haleine en noir et blanc, commencé avant la réunification, que les éditions Créaphis ont intégré en exclusivité à leur collection FOTO en mai 2013.

Page 1/3
1

EN VITRINE

"Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier"

"Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier"

Un rien déclenche le processus mémoriel. Un jour, Jean Daragane reçoit un étrange coup de fil d’un homme prétendant avoir retrouvé son carnet d’adresses, oublié en gare de Lyon. Cet homme, Gilles Ottolini, et l’étrange jeune fille qui l’accompagne, Chantal Grippay, vont interroger le protagoniste sur l’identité d’un certain Torstel dont le nom figure dans le carnet. Ce même nom apparaissant au détour d’une phrase dans le premier roman de Daragane, celui-ci est sommé de se souvenir d’un passé dont ne subsistent que quelques bribes éparses et insondables...

Lettre d'infos

Régulièrement, la lettre d'informations dresse un panorama des activités de la librairie et des nouveautés.

La librairie

Librairie française
Patrick Suel
Linienstrasse 141
10115 Berlin-Mitte

Près de l'Oranienburger Str.
tel +49 (0)30. 280 999 05
fax +49 (0)30. 280 999 06
Email info@zadigbuchhandlung.de

Le lundi de 14 à 19 heures,
du mardi au vendredi de 11 à 19 heures
et le samedi de 11 à 18 heures

Zadig

ALBUMS PHOTO

Une lecture-présentation de Ken Bugul« Le Messager de Hesse », une relecture de Georg Büchner« Les Mystères de la gauche » par Jean-Claude Michéa« L’Art presque perdu de ne rien faire » de Dany LaferrièreRUE DES LIGNES 2013« Verre Cassé » de Alain Mabanckou« Où va Berlin ? » / Partie 2« Où va Berlin ? » / Partie 1Le Livre des NuagesOù sont passées les filles ?Brassens libertaire« Retour à l’envoyeur »Alain FreudigerAfter VIVE LA BOURGEOISIE! le 15 juillet 2006Une lecture de « Brassens. Le regard de Gibraltar » de et par Jacques Vassal le vendredi 15 septembre 2006Jean-Charles Massera