IDÉES CADEAUX

Les rubriques

Nouveaux articles

Chroniques

Lectures et événements

DENKZONE : Où sont les banlieues allemandes ?

À l’invitation de la Volksbühne
Le mardi 24 janvier 2006 à 20h00

Les émeutes des banlieues françaises ont mis à jour une situation d’urgence sociale volontiers ignorée jusque là par l’opinion publique. Quelles sont les similitudes et les différences entre la situation sociale dans les périphéries urbaines d’Allemagne et de France, notamment un an après la mise en application de la réforme du système social allemand « Hartz IV » ? Tant en France qu’en Allemagne, le courant conservateur dominant ne perçoit que des « parasites sociaux » nihilistes habitant des logements sociaux et des banlieues. L’opinion allemande s’est demandée immédiatement si un risque aussi brûlant existait dans les communautés d’immigrants turcs. Deux sociologues, l’un français, Didier Lapeyronnie, l’autre allemand, Andreas Willisch, confronteront la situation de leurs pays respectifs.

Entrée 4 euros (prix unique)

Roter Salon an der Volksbühne
Rosa-Luxemburg-Platz
10178 Berlin
Tel. 030/24 065 777
ticket@volksbuehne-berlin.de // www.volksbuehne-berlin.de
U-Bahn: (ligne 2) Rosa-Luxemburg-Platz


Didier Lapeyronnie enseigne à Bordeaux et se consacre à l’étude de l’immigration et des banlieues. Dans son livre « Im Aus der Vorstädte » (la mort des banlieues) qu’il a écrit en collaboration avec François Dubet, il se préoccupe dès 1994 du délabrement des banlieues.

Andreas Willisch est sociologue et cofondateur du « Netzwerks Ostdeutschlandsforschung » (Réseau d’études sur l’Est de l’Allemagne). Depuis 2002 il travaille pour le « Hamburger Institut für Sozialforschung » (Institut d’études sociales de Hamburg). Il a montré récemment que l’exclusion en Allemagne est une « bombe à retardement » dont la possible explosion n’est pas à chercher chez les immigrés, mais chez les Skinheads néonazis.


Le débat sera modéré dans les deux langues par Nils Minkmar.

Nils Minkmar a étudié l’histoire contemporaine à Paris et Sarrebruck et a effectué une thèse de doctorat d’anthropologie historique sur le début de l’époque moderne. Rédacteur pour la ZDF de 1997 à 1999 pour l’émission « Willemsens Woche », il a travaillé en tant que rédacteur indépendant auprès du Zeit et depuis 2001 est rédacteur à la rubrique littéraire du Frankfurter Allgemeinen Sonntagszeitung (édition dominicale du FAZ).

EN VITRINE

"MeRDre - Jarry, le père d'Ubu" de Daniel Casanave et Rodolphe

"MeRDre - Jarry, le père d'Ubu" de Daniel Casanave et Rodolphe

– Vous êtes donc le fameux Jarry ?
– Bouffre ! On le dit.
– Dieu sait qu'on parle de vous...
– ... de vous et de votre père Ubu, bien sûr !

Figure des cercles littéraires, intime du Douanier Rousseau, ami d'Apollinaire et inventeur de la pataphysique, Alfred Jarry a créé un mythe littéraire unique, un montre omniprésent dont le nom est entré dans le langage courant.
Sa vie fut à l'image de son œuvre : intense... et ubuesque ! (Casterman, 01/2018)

Lettre d'infos

Régulièrement, la lettre d'informations dresse un panorama des activités de la librairie et des nouveautés.

La librairie

Librairie française
Patrick Suel
Linienstrasse 141
10115 Berlin-Mitte

Près de l'Oranienburger Str.
tel +49 (0)30. 280 999 05
fax +49 (0)30. 280 999 06
Email info@zadigbuchhandlung.de

Le lundi de 14 à 19 heures,
du mardi au vendredi de 11 à 19 heures
et le samedi de 11 à 18 heures

Zadig

ALBUMS PHOTO

Leïla Slimani et Olivier Guez invités par ZADIG le 31 mars 2015France invitée d'honneur à la Foire du livre de Francfort 2017Une lecture-présentation de Ken Bugul« Le Messager de Hesse », une relecture de Georg Büchner« Les Mystères de la gauche » par Jean-Claude Michéa« L’Art presque perdu de ne rien faire » de Dany LaferrièreRUE DES LIGNES 2013« Verre Cassé » de Alain Mabanckou« Où va Berlin ? » / Partie 2« Où va Berlin ? » / Partie 1Le Livre des NuagesOù sont passées les filles ?Brassens libertaire« Retour à l’envoyeur »Alain FreudigerAfter VIVE LA BOURGEOISIE! le 15 juillet 2006Une lecture de « Brassens. Le regard de Gibraltar » de et par Jacques Vassal le vendredi 15 septembre 2006Jean-Charles Massera