IDÉES CADEAUX

Les rubriques

Nouveaux articles

Chroniques

IDÉES CADEAUX / Rentrée littéraire

Stand-by, saison 1, tome 4

Stand-by, saison 1, tome 4

de Daniel Vuataz, Aude Seigne & Bruno Pellegrino
Éditions Zoé, 08/2018
14,00 €

Une semaine après l’éruption du supervolcan près de Naples, Alix a décidé de gagner l’épicentre du cataclysme : un périple dans une Italie apocalyptique.

Au Groenland, les Green Teens restés au camp de base sont tirés d’affaire, mais il faut retrouver les autres, disparus dans la tempête alors qu’ils étaient partis chercher de l’aide.

À Podgorica, Virgile, Nora et Vasko découvrent in extremis l’horrible secret d’Aden. En fuite après avoir laissé un corps inanimé, ils plongent dans l’excitation et la paranoïa, tandis que leur road trip balkanique se transforme en une course-poursuite infernale.

Le temps accélère, les actions se densifient : pas de happy end artificiel pour ce dernier épisode, mais un feu d’artifice qui clôt en beauté cette première saison de Stand-by.

Dessins de Frédéric Pajak

 

Sur la série Stand-by :

Quel point commun entre Balzac, Zola, George Sand, et les séries Revenants, Breaking Bad ou Black Mirror ? Les premiers ont contribué à l’essor des feuilletons au XIXe siècle, genre qui triompha pendant cette période avant de laisser la place au cinéma, à la BD… et à la télévision. Via laquelle les secondes connaissent aujourd’hui un succès vertigineux, prouvant ainsi que le genre du feuilleton n’a pas dit son dernier mot.

Les éditions Zoé ont demandé à Bruno Pellegrino, Aude Seigne et Daniel Vuataz, trois auteur-e-s spécialistes autodidactes de séries télévisées contemporaines, de proposer une version complètement actualisée des traditionnels feuilletons littéraires. Avec Stand-by, dont les quatre saisons ont rythmé l’année 2018, ils ont retrouvé la nervosité scénaristique des séries télé tout en offrant une palette sensorielle seulement possible en littérature.

 

Retrouvez plus d'informations et toute l'actualité de Stand-by sur www.standbyzoe.ch

 



EN VITRINE

"Pierre Guyotat politique" de Julien Lefort-Favreau

"Pierre Guyotat politique" de Julien Lefort-Favreau

Cet ouvrage observe les modalités d’écriture de l’histoire du sujet en s’articulant autour d’une analyse des politiques de la littérature, telles que définies par Jacques Rancière. Plus qu’une simple monographie d’auteur il propose de réfléchir au couple littérature et politique, car en effet, souligner la cohérence politique et esthétique de l’œuvre de Guyotat ouvre la voie à une autre histoire de la littérature française des cinquante dernières années qui, de Maurice Blanchot à Leslie Kaplan, en passant par Nathalie Quintane, a pensé et remis en question la place de la littérature dans l’espace social en imposant une politique qui noue contestation et recherche formelle, prise en charge des défaites historiques et espérance, affirmation de soi et désir d’anonymat, autobiographie et écriture de l’histoire. (Lux Éditeur, 09/2018)

Lettre d'infos

Régulièrement, la lettre d'informations dresse un panorama des activités de la librairie et des nouveautés.

La librairie

Librairie française
Patrick Suel
Linienstrasse 141
10115 Berlin-Mitte

Près de l'Oranienburger Str.
tel +49 (0)30. 280 999 05
fax +49 (0)30. 280 999 06
Email info@zadigbuchhandlung.de

Le lundi de 14 à 19 heures,
du mardi au vendredi de 11 à 19 heures
et le samedi de 11 à 18 heures

Zadig

ALBUMS PHOTO

Leïla Slimani et Olivier Guez invités par ZADIG le 31 mars 2015France invitée d'honneur à la Foire du livre de Francfort 2017Une lecture-présentation de Ken Bugul« Le Messager de Hesse », une relecture de Georg Büchner« Les Mystères de la gauche » par Jean-Claude Michéa« L’Art presque perdu de ne rien faire » de Dany LaferrièreRUE DES LIGNES 2013« Verre Cassé » de Alain Mabanckou« Où va Berlin ? » / Partie 2« Où va Berlin ? » / Partie 1Le Livre des NuagesOù sont passées les filles ?Brassens libertaire« Retour à l’envoyeur »Alain FreudigerAfter VIVE LA BOURGEOISIE! le 15 juillet 2006Une lecture de « Brassens. Le regard de Gibraltar » de et par Jacques Vassal le vendredi 15 septembre 2006Jean-Charles Massera