IDÉES CADEAUX

Les rubriques

Nouveaux articles

Chroniques

Lectures et événements

Ralf Tauchmann chante Brassens

Nous avons le plaisir de vous annoncer à l’occasion des 7 ans de la librairie
« La Muse insolente de Georges Brassens »
une soirée en compagnie de Ralf Tauchmann le jeudi 16 septembre 2010 à 19h

Je m'exhumerai du caveau
Pour saluer sous les bravos...
C'est pas demain la veille, bon Dieu !,
De mes adieux.
(Trompe-la-mort)

Doch ist mein Haar unterm Toupet
Kohlrabenschwarz wie eh und je.
Ich fühl mich morgen noch zu wohl
Für ein Lebwohl...
(Trompe-la-mort – Dem Tod ein Schnippchen)

Ralf Tauchmann
Ralf Tauchmann est né à Bernbourg en Saxe-Anhalt en 1960 et a grandi sans aucun contact avec le monde francophone. Son père était ouvrier traceur dans la construction de ponts métalliques. Après des cours de français au lycée, il découvre la CHANSON POUR L'AUVERGNAT dans une version interprétée par Juliette Gréco, et n’a de cesse de déchiffrer le contenu de chansons résumé au dos des pochettes de disques d’Yves Montand, Guy Béart ou Charles Aznavour. Durant son service militaire à Basdorf il découvre le sens de l’expression « La tombe buissonnière » dans la chanson LE TESTAMENT et c’est le déclic, alors qu’il ignore que Basdorf était précisément l’endroit où Georges Brassens avait composé ses premières chansons durant son Service du Travail Obligatoire en Allemagne.

 

Ralf Tauchmann
© Alain Jadot
Il prolonge par la suite l’investigation en empruntant à la bibliothèque de Leipzig un recueil bilingue de Brassens publié en RFA par Nino Erné en 1967. Trouvant Brassens fort politique au regard de la doctrine qui régnait en RDA, il a la surprise de voir que ce livre traduit échappait à cette règle, tant par son contenu que par sa classification dans les rayons. Éprouvant des difficultés administratives pour se produire sur scène, il commence alors à entreprendre à sa manière l'adaptation des textes et prend des leçons de chant parallèlement à son travail de traducteur technique. Début 1989, alors qu’il traduit les contes retrouvés de Guillaume Apollinaire pour Aufbau Verlag, la RDA s’écroule. Il met en ligne dès 2000 un site consacré à ses adaptations de Brassens qui commence à le faire connaître, tout en redoublant d’activité musicale. Après divers récitals en Allemagne de l'Ouest et à Berlin, il apprend que Basdorf commémore Brassens et anime sa première soirée au festival Brassens in Basdorf où il fait la connaissance de René Iskin, Pierre Onténiente, et rencontre d'autres traducteurs et interprètes d'autres pays.

Le premier volume de ce recueil (228 pages, 18 €) sous-titré « Les chansons des débuts », qui inaugure une publication chronologique en trois volumes, a obtenu l’autorisation de parution de Warner Chappell Music France en 2010.



Sur une idée de Marion Schuster et Jürgen Günther

Présentation d’Alain Jadot

Entrée : 3,50 € (tarif réduit 2,50 €)
Sur réservation
?

« PapperLaPapp »

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer, le samedi 10 juillet 2010 de 13h à 17h, un atelier en plein air du nouveau collectif d'édition « PapperLaPapp » en collaboration avec la librairie Zadig


Suivant le modèle d’Eloisa Cartonera, coopérative de micro-édition de Buenos Aires née de la crise argentine de 2001, le collectif PapperLaPapp vous offrira chez nous la possibilité de produire votre propre livre sur la base de textes de poètes contemporains berlinois, reliés entre deux bouts de cartons, sur des tables posées dans la rue.

Les textes seront photocopiés sur du papier recyclé, assemblés à l’aide d’une agrafeuse et collés dans leur couverture cartonnée, illustrée, décorée par vous, ce qui fera de chaque exemplaire un exemplaire unique.

Participants : Ludovic Bablon, Ricardo Domeneck, Odile Kennel, Tom Bresemann et SP38.
Une lecture des textes sera faite en allemand, français, portugais… Les initiateurs du projet PapperLaPapp, Timo Berger et Navarro Millet vous raconteront la genèse de ce beau projet qui s’est répandu dans le monde entier.

Faites-en partie, joignez-vous à nous, dehors, si l’été est généreux, en cas de pluie dans le passage vers l’arrière-cour de la librairie. Bien sûr, vous pouvez apporter votre propre texte que vous aurez photocopié en amont. Les matériaux seront fournis, vous pouvez cependant apporter vos revues à découper préférées, votre crayon favori, etc.

Quand ? le 10 juillet 2010, de 13 à 17 heures.
Où ? Dans la cour de l'espace MMX (autrement dit le carré de jardin qui jouxte Zadig) au 142-143 de la Linienstrasse.

Participation aux frais : 4 €

Etoile



Am 10. Juli veranstalten der Kartonbuchverlag « PapperLaPapp » und die Buchhandlung Zadig einen Workshop im Freien

Der 2001 während der Argentinien-Krise in Buenos Aires entstandene Verlag Eloisa Cartonera hat das Berliner Kollektiv PapperLaPapp zu einem Kartonbuchverlag inspiriert. Am 10. Juli haben Sie die einmalige Gelegenheit, Ihr eigenes Kartonbuch mit PapperLaPapp und der Buchhandlung Zadig herzustellen!

Die Texte zeitgenössischer Berliner Poeten werden auf Recyclingpapier fotokopiert, getackert und in einen Kartonumschlag geklebt, den Sie dann selbst mit Papier und Farben gestalten können. Jedes Buch wird so zum Unikat.

Wir laden alle Interessierten ein, Hand anzulegen und gemeinsam mit den Dichterinnen und Dichtern Ludovic Bablon, Ricardo Domeneck, Odile Kennel und Tom Bresemann, dem Künstler SP38 sowie den Initatioren von PapperLaPapp Ausias Navarro Millet und Timo Berger Kartonbücher zu fertigen. Wir werden im Laufe des Workshops auch über die Entstehung dieses Projektes in Argentinien aufklären, und die anwesenden Dichterinnen und Dichter werden Kostproben ihrer Werke auf Deutsch, Französisch und Portugiesisch geben.

Bei Sonnenschein gestalten wir im Freien, bei Regen in der Durchfahrt neben der Buchhandlung. Wir stellen alle benötigten Materialien bereit, aber selbstverständlich können Sie auch Ihre eigenen kopierten Texte, Zeitschriften und Zeitungsausschnitte oder Ihren Lieblingsstift mitbringen.

Wann? Am 10. Juli von 13 Uhr bis 17 Uhr.
Wo? Im Hof des MMX (der kleine Garten gleich neben der Buchhandlung Zadig) in der Linienstraße 142-143.

Wir bitten um einen Beitrag von 4 €.

 
Etoile

« Paula T. une femme allemande » de Christoph Hein

« Paula T. une femme allemande » de Christoph Hein

Nous avons le plaisir de vous annoncer une lecture de
« Paula T. une femme allemande » (éditions Métailié, 2010) de et par Christoph Hein

le vendredi 25 juin 2010 à 19h00 dans la librairie (sur réservation)

Paula Trousseau veut être peintre, elle ne veut que cela.
La petite fille terrorisée par son père va trouver la force de s'opposer à lui d'abord, puis à son mari. Elle luttera pour exister, pour disposer de son corps, puis pour faire des études aux Beaux-Arts. Elle en paiera le prix : elle renoncera à son premier enfant. Paula se cuirasse contre ses sentiments, elle se construit contre les hommes, qu'elle n'hésitera pas à utiliser pour réaliser son rêve : peindre comme elle le veut, dans une Allemagne de l'Est où il est dangereux de s'éloigner des canons du réalisme socialiste.

Traduit de l'allemand par Nicole Bary

Paula T. est un roman monochrome d'une vigueur étonnante [...] qui peut être lu de façons différentes : aussi bien comme le psychodrame d'une femme endurcie par toutes les déceptions et les blessures qu'elle a endurées que comme le chant du cygne de la RDA et de sa conception petite-bourgeoise de l'art. Neue Zürcher Zeitung

étoile Zadig

Né en 1944 en Silésie (aujourd'hui en Pologne), Christoph Hein a grandi près de Leipzig. Fils de pasteur, privé d'accès à un établissement secondaire en RDA, il a fréquenté un lycée ouest-berlinois avant la construction du Mur, en 1961. Après avoir exercé divers métiers, il entreprend des études de philosophie à Berlin et à Leipzig, puis il devient homme de théâtre et vit exclusivement de l'écriture à partir de 1979. Son récit L'Ami étranger, publié en RDA en 1982 et un an plus tard en RFA sous un autre titre (Drachenblut), lui vaut son premier grand succès littéraire. Christoph Hein est aussi traducteur de Racine et de Molière. La plupart de ses œuvres sont parues en français aux éditions Métailié.

« Amour bilingue » de Siham Bouhlal

Nous avons le plaisir de vous présenter en collaboration avec l’Ambassade du Royaume du Maroc

« Amour bilingue »
une lecture de Siham Bouhlal le lundi 7 juin 2010 à 19h00 dans la librairie (sur réservation)

Siham Bouhlal est née en 1966 à Casablanca dans une famille originaire de Fès. Titulaire d’un doctorat en littérature de l’université Paris-Sorbonne et médiéviste, elle se consacre à la traduction de textes médiévaux (Le livre de brocart ou La société raffinée de Bagdad au Xe siècle, Gallimard 2004 ; L’art du commensal - Boire dans la culture arabe classique, Actes Sud, 2009), et de poésies arabes classiques et modernes. Son premier recueil de poésie, Poèmes bleus, est paru aux éditions Tarabuste en février 2005. Suivirent Songes d’une nuit berbère ou la Tombe d’épines (2007), Corps lumière (2008) et Mort à vif (mai 2010), tous trois parus aux éditions Al Manar. Princesse Amazigh, paru fin 2009 chez le même éditeur, est son premier récit tissé de souvenirs d’enfance, de réflexions sur l’amour, la religion et les rapports hommes/femmes, et dans lequel les références à la culture arabe ancienne et aux textes d’auteurs occidentaux sont nombreuses.

Tournées vers la Méditerranée et le Maghreb, les éditions Al Manar de Paris mêlent l’art à la poésie et au texte court. Dans la retenue et le lyrisme, chaque livre tente d’abolir les frontières entre les pays, les cultures, les sensibilités. Elles ont été créées dans le sillage de la Galerie Al Manar de Casablanca fondée par le cinéaste Souheil Ben Barka en 1985 et dirigée par la suite par le couple germano-français Christine et Alain Gorius.


"Zweisprachige Liebe - Poesie aus dem Maghreb" est une manifestation organisée dans le cadre du Poesiefestival de la Literaturwerkstatt de Berlin.


Entrée : 3,50 € (tarif réduit 2,50 €)
Sur réservation

Page 18/35
18

EN VITRINE

Bien mal acquis ?

Bien mal acquis ?

Dans la ville allemande de Mannheim, d'où est originaire son père, Géraldine Schwarz découvre que son grand-père Karl Schwarz a acheté à bas prix en 1938 une entreprise à des juifs, les Löbmann, qui périrent à Auschwitz. Après la guerre, confronté à un héritier qui réclame réparation, Karl Schwarz plonge dans le déni de ses responsabilités de Mitläufer, ceux qui comme la majorité du peuple allemand ont « marché avec le courant ». C'est le point de départ d'une enquête passionnante au fil de trois générations sur les traces du travail de mémoire qui permit aux Allemands de passer d'une dictature à une démocratie. La rencontre de son père avec sa mère, fille d'un gendarme sous Vichy, est l'occasion pour l'auteure d'aborder les failles mémorielles en France dans lesquelles s'est engouffrée l'extrême droite. En élargissant son enquête à d'autres pays, Géraldine Schwarz montre que cette amnésie menace le consensus moral en Europe. (Les Amnésiques, Flammarion 09/2017)

Lettre d'infos

Régulièrement, la lettre d'informations dresse un panorama des activités de la librairie et des nouveautés.

La librairie

Librairie française
Patrick Suel
Linienstrasse 141
10115 Berlin-Mitte

Près de l'Oranienburger Str.
tel +49 (0)30. 280 999 05
fax +49 (0)30. 280 999 06
Email info@zadigbuchhandlung.de

Le lundi de 14 à 19 heures,
du mardi au vendredi de 11 à 19 heures
et le samedi de 11 à 18 heures

Zadig

ALBUMS PHOTO

Leïla Slimani et Olivier Guez invités par ZADIG le 31 mars 2015France invitée d'honneur à la Foire du livre de Francfort 2017Une lecture-présentation de Ken Bugul« Le Messager de Hesse », une relecture de Georg Büchner« Les Mystères de la gauche » par Jean-Claude Michéa« L’Art presque perdu de ne rien faire » de Dany LaferrièreRUE DES LIGNES 2013« Verre Cassé » de Alain Mabanckou« Où va Berlin ? » / Partie 2« Où va Berlin ? » / Partie 1Le Livre des NuagesOù sont passées les filles ?Brassens libertaire« Retour à l’envoyeur »Alain FreudigerAfter VIVE LA BOURGEOISIE! le 15 juillet 2006Une lecture de « Brassens. Le regard de Gibraltar » de et par Jacques Vassal le vendredi 15 septembre 2006Jean-Charles Massera