Notre sélection

Les rubriques

Nouveaux articles

Chroniques

Ailleurs

Sitaudis.fr : Revue off

Albane Prouvost, renard poirier (2) par Tristan Hordé 23/05/2022

L’Humidité, une rétrospective par François Huglo 18/05/2022

Andrea Zanzotto, Vers, dans le paysage, [ Corot ] par René Noël 18/05/2022

du9 : L'autre bande dessinée

Sylvotypo 25/05/2022

Duchêne 24/05/2022

Moteur 23/05/2022

Coups de cœur

Coma de Pierre Guyotat

Coma de Pierre Guyotat

L’Apocalypse selon Guyotat

Pierre Guyotat est sans aucun doute le dernier de nos écrivains, le dernier des hommes à refuser le caractère normatif de sa langue qu’il embrase depuis ce chef-d’œuvre que restera Éden, éden, éden jusqu’à Progénitures écrit dans la langue des hors-la-loi.
Le sommeil profond dans lequel l’auteur fut plongé, et qui sert de trame à ce récit, est beaucoup moins le symptôme d’une âme dépressive en lutte avec les démons de l’Histoire coloniale ou ceux, tout aussi malfaisants de la petite histoire familiale, que l’image inversée du coma dans lequel est plongé, asservissement volontaire devenu universel et globalisé, le commun des mortels.

Guyotat, le poète, rejette sa langue, maternelle et nationale ; rejette en lui l’homme pour se voir « comme nous voient les animaux », « ressentir le monde comme le ressentent l’acarien du tapis, le crabe ou la baleine ». Malheur de l’homme qui se croit encore un homme « dans un monde minéral, végétal, animal, divin ».
Dans ce récit éblouissant et cathartique, l’auteur nous offre la plus belle des transsubstantiations : celle qui commue la langue en Verbe. Aux confins de la prière et de la révolte sourde, Coma demeurera le chant désespéré de la laideur du monde.
Face à des êtres de plus en plus hantés par leur moi et prisonniers narcissico-dépressifs de leur propre image, Guyotat affirme ici merveilleux, hiératique, que le Verbe ou l’Image peuvent encore nous sauver. Viendra le temps de la Résurrection… Pauvres mortels…

Olivier Rachet

Coma, Pierre Guyotat
Le Mercure de France, Paris, 2006
23,- €

Jeune fille de Anne Wiazemsky

Jeune fille de Anne Wiazemsky

La Passion selon Bresson

Anne Wiazemsky revient, dans ce roman autobiographique, sur sa rencontre avec le cinéaste Robert Bresson et sur le tournage du film Au hasard Balthazar, pendant l’été 1965. Après avoir obtenu l’accord de son grand-père, François Mauriac, qui lui avouera son regret de ne pas faire lui-même de cinéma, la jeune fille accepte de se soumettre aux exigences et aux rituels profanes du metteur en scène.
Le tournage a lieu en banlieue parisienne, à Guyancourt. Anne partage avec le réalisateur l’étage d’une maison dans laquelle tous deux passeront l’été. Au cours de promenades nocturnes quotidiennes, Bresson, amoureux fou de son interprète, tentera à plusieurs reprises de l’embrasser. La jeune fille vient d’avoir ses dix-huit ans, le metteur en scène est un homme déjà vieillissant.

Jeune fille est beaucoup moins le récit de la genèse d’un film que celui originel d’un amour à la fois courtois, platonique et d’une sensualité pure, car Bresson est le cinéaste de l’incarnation. Au commencement, toujours est la voix, la chair même de l’âme, le mystère incarné de l’être. Anne Wiazemsky rend hommage, de façon troublante et essentielle, au génie d’un homme qui « ressemblait à un chevalier » et qui lança, par le biais de l’écriture cinématographique, un défi même à la Représentation. Alors que la jeune fille cèdera aux plaisirs furtifs et insouciants de l’adolescence, le vieil homme maintiendra intacte sa quête d’un amour synonyme de sacré, parfois aux confins du sadisme, dont ses chefs-d’œuvre témoignent encore… Dieu probablement ?

Olivier Rachet

Jeune Fille, Anne Wiazemsky
Gallimard, Paris, 2007
19,- €

Marilyn dernières séances de Michel Schneider – Prix Interallié 2006

Marilyn dernières séances de Michel Schneider – Prix Interallié 2006

Memento mori

Los Angeles, 2005/2006. Le journaliste Forger Backwright enquête sur les dernières années de Marilyn Monroe et notamment sur la relation passionnelle qu'elle entretint, deux années durant, avec son psychanalyste Ralph Greenson. La pièce maîtresse du jeu qui se tisse entre ces deux êtres sont les bandes sonores que l'actrice enregistre à la fin de sa vie afin de surseoir aux séances peu orthodoxes de celui qui l'accueillait au sein de sa propre famille, en pensant lui offrir le foyer de substitution auquel Marilyn n'avait cessé d'échapper.

Faire entendre la voix de celle dont le drame fut de ne pas avoir pu coïncider avec sa propre image relève ici d'une forme de salut, moins de la psychanalyse dont l'auteur nous rappelle à juste titre qu'elle est née avec le cinéma - chambre obscure où le médecin enregistre les images que le patient fait naître de sa propre parole - que du cinématographe lui-même, c'est-à-dire de l'écriture. Marilyn n'est pas seulement morte en suicidée du spectacle, son image répercutée aujourd'hui jusqu'à cette nouvelle forme de nausée qu'est devenu le mythe hollywoodien, va disparaître au profit d'une voix que l'écriture seule peut arriver à nous faire entendre : "Le jeu d'échecs me passionne parce qu'on ne sait qu'au dernier coup quelle partie se jouait.", "Ce n'était pas ma robe qui était une peau, mais ma peau qui était et reste un vêtement de chair, ma peau qui me sert à n'être pas nue". Marilyn dernières séances est le drame d'une icône dont les mots se sont perdus dans la réflection perpétuelle de son propre reflet. A l'ère du spectaculaire intégré, nous sommes tous cette femme fantômatique dont la vie ne fut qu'une longue suite de faux raccords. A son image, souviens-toi, lecteur, que le reflet de toi, dans le miroir ou dans le temps, va mourir mais que ta voix est immortelle.

Olivier Rachet

Marilyn dernières séances, Michel Schneider
Grasset, Paris, 2006
25,- €

Rendez-vous de Christine Angot – Prix de Flore 2006

Rendez-vous de Christine Angot – Prix de Flore 2006

La littérature en acte

La narratrice de Rendez-vous rencontre l’un de ses admirateurs fervents, un acteur de théâtre qui pendant cinq ans lui exprime son admiration, par personnes interposées. De ces rendez-vous naîtra une lecture publique où les deux protagonistes mettront à nu leur intimité. L’acteur quittera sa femme. La narratrice ne rencontrera plus que par intermittences cet homme qui, en dépit de sa fascination, n’aura de cesse de la fuir.

Alors que l’homme dérive vers un monde indécis de faux-semblants – paradoxe incessant du comédien à l’ère de la société du spectral – la narratrice explore le continent des sentiments, parcourt la carte du cœur et navigue solitaire dans les eaux troubles du Tendre. Au cœur de cette expérience qui prend la forme d’une quête réconciliatrice de la vie et de l’écriture, Christine Angot acquiert la certitude que la littérature peut nous sauver de nos déboires sentimentaux et de nos ruses narcissiques. L’inflation du moi n’est ici qu’un leurre. L’écriture aide au contraire à rendre les armes, à se dessaisir de son moi, à transformer in fine les sentiments en actes. Grandissime !

Olivier Rachet


Rendez-vous, Christine Angot,
Flammarion, Paris, 2006
23,- €

Page 12/18
12

EN VITRINE

"MOÊMES" de Fabrice Hyber et Pierre Giquel

"MOÊMES" de Fabrice Hyber et Pierre Giquel

Ce livre est un livre d'artistes réalisé par deux d'artistes qui se connaissent depuis de longues années, aussi la justesse, l'émotion, l'intimité qui s'en dégage nous entraîne dans des univers indissociables. Artiste français de premier plan, Fabrice Hyber, dès les années 90, à fortement changé le contexte de l'art en France. Qui ne se souvient lors de la première Biennale de Lyon de son oeuvre Traduction, le plus gros savon du monde, sculpture monumentale en savon de Marseille, pesant 22 tonnes, 190x250x670 cm. On peut également citer Hybertmarché, 1996, installation présentée à L'Arc/musée d'Art moderne de la ville de Paris ou encore Eau dort, Eau d'or, Odor à la Biennale de Venise, 1997. Sans compter les nombreuses oeuvres exposées dans le monde entier. Autant d'oeuvres interactives qui allient peinture, sculpture, performance, la vidéo et installation de la plus pertinente des manières. Ecrivain, poète et critique d'art, Pierre Giquel (1954-2018) relate tout en allusion dans ce livre à deux voix une longue amitié, ainsi qu'une oeuvre dont il a suivi la genèse. Au passage, avec la délicatesse qui est la sienne, il crée un mot, MOÊMES, digne d'entrer dans le dictionnaire et qui défini admirablement la prose poétique et la teneur de son texte.
(éditions du Regard, 10/2018)

Lettre d’infos

Régulièrement, nous vous informons des activités et des nouveautés de la librairie.

La librairie

Librairie française
Patrick Suel

tel +49 (0)30. 280 999 05
fax +49 (0)30. 280 999 06
Email info@zadigbuchhandlung.de

Le lundi de 14 à 19 heures,
du mardi au vendredi de 11 à 19 heures
et le samedi de 11 à 18 heures

Zadig

PHOTOS

« On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans » ?Mazen Kerbaj invite Ute Wassermann +1Inauguration de la nouvelle ZADIG le 21 septembre 2019France invitée d'honneur à la Foire du livre de Francfort 2017Leïla Slimani et Olivier Guez invités par ZADIG le 31 mars 2015Une lecture-présentation de Ken Bugul« Le Messager de Hesse », une relecture de Georg Büchner« Les Mystères de la gauche » par Jean-Claude Michéa« L’Art presque perdu de ne rien faire » de Dany LaferrièreRUE DES LIGNES 2013« Verre Cassé » de Alain Mabanckou« Où va Berlin ? » / Partie 2