Notre sélection

Les rubriques

Nouveaux articles

Chroniques

Ailleurs

Sitaudis.fr : Revue off

Angèle Paoli, Voix sous les voix par Michaël Bishop 23/07/2024

Surréalisme / Le rayon invisible, de Georges Sebbag par Christophe Stolowicki 19/07/2024

Jean-Pierre Chambon, Étant donné par Lionel Bourg 17/07/2024

du9 : L'autre bande dessinée

Paysage n°11 25/07/2024

Axis Mundi 24/07/2024

Miss Fury 1945 23/07/2024

Notre sélection / Domaine allemand traduit

Pour commander ou réserver vos livres, il vous suffit de remplir le formulaire de commande.
Vous pouvez aussi commander par téléphone au : 030 - 280 999 05

Ville des anges

Ville des anges

de Christa Wolf (traduit de l'allemand par Alain Lance et Renate Lance-Otterbein)
Seuil, 2012
25,00 €

Présentation de l'éditeur
Los Angeles, la ville des anges.
La narratrice doit y séjourner neuf mois, au début des années 1990, après avoir obtenu une bourse de recherche. Il s’agit pour elle de percer un secret : dans quel but Emma, sa chère amie, lui a-t-elle remis avant de mourir une liasse de lettres qu’une certaine L., allemande comme elle, mais émigrée aux États-Unis, lui avait écrites ?
À la recherche de L. dans la ville des anges, donc. Là où trouvèrent refuge beaucoup d’émigrés allemands fuyant le nazisme. Brecht, Thomas Mann. Là où Christa Wolf elle-même s’installa deux ans après la réunification de l’Allemagne pour se protéger des incriminations qu’eurent alors à subir nombre de ceux qui étaient nés de l’autre côté du Mur.
La découverte de l’Amérique, anges et enfers, au moment même où l’Histoire ne laisse plus le choix et vous contraint à entreprendre un douloureux travail sur soi que l’éloignement permet enfin.

La tour

La tour

de Uwe Tellkamp
Grasset, 2012
26,00 €

Présentation de l'éditeur
Dresde - 1982. Les habitants d'un quartier résidentiel cossu se sont depuis longtemps accommodés de conditions de vie difficiles. Pourtant, les membres de cette bourgeoisie est-allemande, véritable anachronisme en RDA, s'isolent parfois pour tourner le dos à la grisaille quotidienne. A commencer par Meno, correcteur pour une maison d'édition, qui se doit de composer avec la censure ; mais aussi son beau-frère, chirurgien renommé, qui mène une double vie et qui, avec sa femme, aveugle et aimante, a élevé son fils, éternel incompris qui incarne pourtant l'Homme Nouveau dont le nom rayonnera un jour, dans le respect des plus belles valeurs – vie familiale harmonieuse, amour de la culture, pratique de la musique, travail acharné et réussite « au mérite ».Toutefois, cette peinture idyllique ne tarde pas à se lézarder et bientôt, c'est le pays tout entier qui tremble…

À gauche à la place du cœur

À gauche à la place du cœur

de Leonhard Frank
Agone, 2011
24,00 €

Présentation de l'éditeur
Premier volume des œuvres complètes de Leonhard Frank paru aux éditions Agone, ce roman autobiographique témoigne d’un demi-siècle de vie artistique et politique allemande : d’une guerre mondiale à l’autre, de la bohème de Munich au Berlin des Années folles, de l’avant-garde expressionniste au retour de l’exil.
Écrivain, homme de théâtre et de cinéma Leonhard Frank fut toute sa vie un homme révolté. D’origine modeste, l’auteur se confond avec son héros, tour à tour ouvrier, peintre puis écrivain célèbre ; mais en 1933 ses livres sont interdits puis brûlés. Au terme de dix-sept ans d’exil, il rentre dans un pays en ruine pour constater que ceux qui écrivent contre les lâchetés et les trahisons qui ont conduit au nazisme n’ont plus de place.

Feu de camp

Feu de camp

de Julia Franck
Flammarion, 2011
24,00 €

Présentation de l'éditeur
Berlin, fin des années 1970. Nelly Senf obtient l'autorisation de passer de l'Est à l'Ouest avec ses enfants, Aleksej et Katja. Mais elle se heurte à une réalité difficile, loin de l'image d'un Ouest pays de la liberté et de l'abondance...

Chacun peut dire Je

Chacun peut dire Je

de Robert Menasse
Jacqueline Chambon, 2011
23,00 €

Présentation de l'éditeur
Dans ces nouvelles, toute une génération peut se reconnaître, celle qui est née après la Seconde Guerre mondiale, a vibré en 68 pour les idéologies gauchistes qui foisonnaient dans les universités et, en 89, bouche bée devant son poste de télévision, a vu s’écrouler, avec la chute du Mur de Berlin, l’ordre de l’après-guerre. Entre deux voyages, une rupture sentimentale, un colloque d’écrivains et une ballade dans Vienne, Robert Menasse nous dresse le portrait d’un héros qui voit l’histoire s’inviter au plus intime de son existence et croit assister en direct à l’assassinat de Kennedy, à l’enlèvement de l’industriel Walter Palmers par la Fraction armée rouge, ou plus prosaïquement à la victoire de l’équipe de foot grecque à l’Euro 2004, etc. Chacun était quelque part quand quelque chose se passait. Celui qui le raconte dit “je” parce que c’est comme s’il y était. Chacun peut dire “je”.

Alliant une liberté de ton très contemporaine à l’élégance et la légèreté de l’esprit viennois, ces nouvelles ne peuvent que ravir le lecteur français.

Traduit de l’allemand (Autriche) par Christine Lecerf

Le ciel divisé

Le ciel divisé

de Christa Wolf
Stock, 2011
23,00 €

Présentation de l'éditeur
Le ciel divisé
, paru anciennement sous le titre Le ciel partagé, est le premier roman de Christa Wolf et celui grâce auquel elle connut un immense succès ; traduit dans une vingtaine de langues, adapté au cinéma par Konrad Wolf, grand réalisateur de la RDA, il s’en vendit des milliers d’exemplaires.

Quand Rita rencontre Manfred, elle vit dans son village natal où elle exerce un travail alimentaire de peu d’envergure. Mais elle a d’autres rêves. S’éprenant de lui, elle va alors tout quitter pour le suivre en ville, où elle pourra à la fois intégrer une brigade de production d’une entreprise de wagons et devenir institutrice. Nous sommes en août 1961, en RDA, juste avant l’édification du mur de Berlin. Et quand Manfred décide de s’enfuir vers l’Ouest, Rita se trouve face à un dilemme : doit-elle le suivre et demeurer une étrangère dans cette ville inconnue ou rester chez elle, seule ? 
Ce grand roman de Christa Wolf évoque avec brio la division présente dans chacun de nos êtres lors des choix cruciaux qui jalonnent notre existence. En évoquant la période charnière qui sépara l’Allemagne en deux, elle fait ressurgir la profonde injustice de l’Histoire qui sépare les êtres ; même ceux qui s’aiment.

Atlas des îles abandonnées

Atlas des îles abandonnées

de Judith Schalansky
Arthaud, 2010
28,00 €

Présentation de l'éditeur
Désertes ou peuplées d'étranges créatures, paradis perdus ou contrées dantesques, les îles ont ceci de magique qu'elles inspirent la crainte autant que la fascination.
Cet Atlas des îles abandonnées nous emmène en voyage clans des territoires éparpillés sur le globe, à la frontière du monde tangible et de l'imagination. Dans les eaux polaires du Nord, l'île Solitude est murée clans les glaces. Des millions de crabes rouges fleurissent les plages de l'île Christmas dès les premières pluies tropicales. Au milieu du Pacifique, la femme-oiseau de Banaba alimente les fabulations collectives...
Chacune des cinquante îles présentées ici a une histoire, son histoire. Qu'elle soit invraisemblable, merveilleuse, légendaire ou oubliée, elle raconte le destin d'une miette de terre, quelque part, clans l'immensité océane.

Paula T. une femme allemande

Paula T. une femme allemande

de Christoph Hein
Métailié, 2010
25,00 €

Présentation de l'éditeur
Paula veut être peintre, elle ne veut que cela. La petite fille terrorisée par son père va trouver la force de s'opposer à lui d'abord, puis à son mari. Elle luttera pour exister, pour disposer de son corps, puis pour faire des études aux Beaux-Arts. Elle en paiera le prix: elle renoncera à son premier enfant. Paula se cuirasse contre ses sentiments, elle se construit contre les hommes, qu'elle n'hésitera pas à utiliser pour réaliser son rêve : peindre comme elle le veut, dans une Allemagne de l'Est où il est dangereux de s'éloigner des canons du réalisme socialiste. Christoph Hein crée un personnage magnifique de femme forte et pourtant si faible, qui est aussi une métaphore de la difficulté à être un créateur à certaines époques et une illustration du degré de contrôle et d'égoïsme nécessaire à qui sent et sait qu'il doit construire une oeuvre, qu'il y arrive ou pas. Un grand roman aussi émouvant que dérangeant.

Histoire d'un Allemand de l'Est

Histoire d'un Allemand de l'Est

de Maxim Leo
Actes Sud, 2010
26,00 €

Présentation de l'éditeur
Après avoir combattu dans la résistance française, son grand-père a contribué à la fondation de la RDA. Sa mère a cru à l'avenir du jeune état communiste, tandis que son père rêvait déjà de le voir disparaître. Maxim Leo avait 20 ans au moment de la chute du mur ; il raconte aujourd’hui d'une plume alerte et captivante l'histoire d'une famille peu commune : la sienne. Un portrait de l'Allemagne de l'Est sans fard ni "ostalgie" et toujours proche de la réalité vécue par ses habitants.

Pictura Jacta est !

Pictura Jacta est !

de Günter Brus
Absalon, 2010
26,00 €

Présentation de l'éditeur
Dans ce recueil de « poésies théoriques », ainsi que les désigne leur auteur, aphorismes, notes et proses brèves livrent les réflexions de l’artiste et poète Günter Brus sur l’art, la littérature, la musique et plus généralement sur la place de la culture dans nos sociétés. Si l’ellipse et la fulgurance de la pensée fragmentaire évoquent immanquablement Lichtenberg, les fusées lâchées par Brus, mêlant calembours et jeux de mots, s’inscrivent dans la grande tradition autrichienne du Witz : Kraus n’est jamais très loin. Entomologiste à l’humour ravageur, Brus épingle en effet critiques, institutions culturelles ou marché de l’art, dénonçant le cynisme et la duplicité qui, à plus vaste échelle, régissent le Zeitgeist. « Considérations inactuelles », tel pourrait en effet être un autre sous-titre de cet ouvrage commis par celui qui se désigne comme un « rejeton tardif du romantisme ».

Si toutefois la verve de ce maître artificier n’épargne rien ni personne, pas même sa propre pratique artistique, la révérence, voire la déférence, occupe une place tout aussi importante dans ce florilège d’aphorismes dont certains peuvent se lire comme de véritables « exercices d’admiration » : ainsi de Kubin, dessinateur et poète lui aussi, d’Artaud, de Goya, des maîtres anciens, ou encore de Mozart qui « plaçait des êtres humains sur la scène et non des marionnettes à voix de soprano ou de ténor. »

On ne peut manquer d’être subjugué tant par l’immense culture de l’auteur – aucune expression artistique ne semble lui être étrangère – que par son courageux refus d’une pensée simplificatrice et univoque – Günter Brus nous fait parfois partager ses interrogations bien plus qu’il n’assène de jugements.

Regroupées sous 95 entrées classées par ordre alphabétique, ces « jaculations » sont accompagnées de dessins de l’auteur reflétant avec force jubilation la composition de l’objet livre lui-même.

Renégat, roman du temps nerveux

Renégat, roman du temps nerveux

de Reinhard Jirgl
Quidam, 2010
28,00 €

Présentation de l'éditeur
Un journaliste en rupture de ban, alcoolique et divorcé, entreprend une cure de désintoxication et tombe amoureux de sa thérapeute. Il quitte Hambourg pour la suivre à Berlin. Un ancien garde-frontière, fou de douleur après la mort de sa femme, se fait taxi de nuit pour retrouver une jeune Ukrainienne, réfugiée clandestine, afin de l'arracher à un avenir glauque. Leurs destins se croisent dans le Berlin des années 2000, ville en plein bouleversement, redevenue la capitale d'un pays toujours confronté, dix ans après la chute du Mur, à la réunification et à l'arrivée de nouveaux immigrants. Par sa narration en strates, Renégat, roman du temps nerveux entraîne dans le dédale des sentiments deux hommes venus là par amour et par désir d'un nouveau départ. Reinhard Jirgl tisse, dans une langue étrangère à sa propre langue, autant un faisceau d'histoires autour de destinées individuelles que de réflexions sociales critiques radicales.

La bascule du souffle

La bascule du souffle

de Herta Müller
Gallimard, 2010
23,00 €

Présentation de l'éditeur
Nous sommes en Roumanie, en janvier 1945 : la population germanophone de Transylvanie vit dans la peur de la déportation. Cette mesure, exigée par le nouvel allié soviétique de Bucarest, vise une population soupçonnée d'avoir soutenu l'Allemagne nazie pendant la guerre. Le jeune Léopold sait qu'il est sur la liste. II prépare sa petite valise, des affaires chaudes, quelques livres, puis, quand la police roumaine vient le chercher, à trois heures du matin, par moins quinze, il reçoit les mots de sa grand-mère " Je sais que tu reviendras " comme un viatique. L'usine de charbon, la tuilerie, la cimenterie, des baraquements élémentaires, une ration de pain et deux rations de soupe par jour, les diarrhées et les poux : tel sera le quotidien de Léopold pendant cinq ans. La bascule du souffle nous invite à lire la chronique terrifiante de ces années de froid, de faim et de découragement qui tuent dans un camp de travail en Russie. Mais la singularité du livre de Herta Müller réside dans sa faculté incomparable de transcender le réel, de l'illuminer de l'intérieur. Sous sa plume, le camp devient un conte cruel, une fable sur la condition humaine. Ici les arbres parlent, le ciment boit, la pendule a mal à son ressort cassé, la faim voyage dans le corps d'un ange, et le coeur, dans une pelle. Herta Müller souhaitait écrire ce livre à quatre mains avec le poète germano-roumain Oskar Pastior - le modèle de Léopold - mais ce projet fut interrompu par la mort de Pastior. La prose de Herta Müller, poétique et maîtrisée, sèche et puissante, toujours surprenante, lui rend hommage de la plus belle manière qui soit. Certes, La bascule du souffle aborde un tabou historique, mais s'impose surtout comme une oeuvre de portée universelle. Un événement bouleversant.

Page 4/5
4

EN VITRINE

"L'école des filles" de Pascale Hugues

"L'école des filles" de Pascale Hugues

Douze petites filles au sourire pétrifié sur une photo de classe en 1968... "Ne faites pas de vagues !, voilà ce que l'on exigeait de nous à l'époque. Soyez : douces, gentilles, discrètes. Jamais fières, courageuses, libres. Ces adjectifs-là étaient réservés aux garçons."

Cinquante ans plus tard, Pascale Hugues part à la recherche de ses anciennes amies de l'école primaire. Chacune lui raconte son histoire.
À travers elles, l'autrice dresse le portrait d'une génération qui a eu 20 ans à la fin des années 1970, qui a découvert la machine à laver, la pilule, le droit à l'avortement et le divorce par consentement mutuel. Ces femmes se sont battues, pour elles et pour leurs filles.

Aujourd'hui, elles sont fières, courageuses et libres. Un livre touchant et un formidable portrait de groupe. (05/2021)

Lettre d’infos

Régulièrement, nous vous informons des activités et des nouveautés de la librairie.

La librairie

Librairie française
Patrick Suel

tel +49 (0)30. 280 999 05
fax +49 (0)30. 280 999 06
Email info@zadigbuchhandlung.de

Le lundi de 14 à 19 heures,
du mardi au vendredi de 11 à 19 heures
et le samedi de 11 à 18 heures

Zadig

PHOTOS

« Lire la rue, marcher le poème » : déambulation littéraire en compagnie de Dominic Marcil et Hector Ruiz« Inventaire de choses perdues » : une lecture de Judith Schalansky pour les 20 ans de ZADIG le 15/09/2023« On n’est pas sérieux, quand on a dix-sept ans » ?Mazen Kerbaj invite Ute Wassermann +1Inauguration de la nouvelle ZADIG le 21 septembre 2019France invitée d'honneur à la Foire du livre de Francfort 2017Leïla Slimani et Olivier Guez invités par ZADIG le 31 mars 2015Une lecture-présentation de Ken Bugul« Le Messager de Hesse », une relecture de Georg Büchner« Les Mystères de la gauche » par Jean-Claude Michéa« L’Art presque perdu de ne rien faire » de Dany LaferrièreRUE DES LIGNES 2013