IDÉES CADEAUX

Les rubriques

Nouveaux articles

Chroniques

Lectures et événements

« Où va Berlin ? » Partie 1

Nous avons le plaisir de vous annoncer

« Où va Berlin ? » / Partie 1 :
83 photographies en noir et blanc

d’Alex Jordan

Le samedi 1er juin 2013 à 19 h à la librairie (sur réservation)

Une rencontre-signature avec le photographe
Alex Jordan
autour de son livre de photographies
Berlin
(éd. Créaphis, mai 2013)

avec des textes bilingues en français et allemand de Klaus Staeck et Stephan Weitzel

 

Alex Jordan - Berlin

Le Reichstag, la porte de Brandebourg, Unter den Linden, Potsdamer Platz, Alexanderplatz... Les photographies d’Alex Jordan laissent tout cela de côté et tentent plutôt de capter peu à peu le curieux climat, la drôle d’atmosphère qui imprègnent la capitale allemande. Photographies prises à Berlin au cours des quatre dernières décennies, avant et après la chute du Mur, elles suivent les affinités visuelles entre les objets, les comportements et les manières d’être de Berlin, de 1978 à 2012 — qu’ils fassent écho à un passé tout proche ou qu’ils paraissent anticiper les années dites « d’après ». Un travail de longue haleine en noir et blanc commencé avant la réunification et que les éditions Créaphis viennent de publier en exclusivité dans leur collection FOTO en mai 2013.


Celui qui est en mesure de découvrir l’absurde dans le
quotidien se débrouille plus facilement. Car les choses sont
rarement telles qu’elles se montrent à nous. Il reste toujours,
dissimulé sous la surface, un message invisible au premier
abord, qui émerge lorsquon y regarde de plus près.

Klaus Staeck (traduction française : Magali Tardivel-Lacombe)


Suivi d’un débat avec Alex Jordan et Stephan Weitzel
en présence d’Olivier Gaudin (éditions Créaphis)


Alex Jordan, né en 1947 est graphiste (Grapus, atelier Nous Travaillons
Ensemble, AGI), photographe (le bar Floréal.photographie) et professeur
de communication visuelle à la Kunsthochschule Berlin-Weissensee.

Klaus Staeck, né en 1938, graphiste et éditeur, a réalisé plus de 3000
expositions en Allemagne et à l’étranger. Il est président de l’Académie des
Arts de l’Allemagne réunifiée depuis 2006.

Stephan Weitzel, né en 1970, est artiste visuel et auteur. Il a vécu de 1989
à 2007 à Paris, Londres, Norwich et Marseille, et vit à Berlin.


Entrée : 3,50 € (tarif réduit 2,50 €)

« Où sont les filles ? »

Nous avons le plaisir de vous annoncer

« Où sont les filles ? » : deux rencontres graphiques au féminin pour tous les âges !

Le samedi 18 mai 2013 à 14 h devant la librairie (entrée libre)

Une rencontre-dédicace avec

Fabienne Loodts

autour de son roman graphique

Le Livre des Nuages
(éd. Warum, 2012)


 Le Livre des Nuages - Fabienne Loodts

Tatiana, l’héroïne, est une jeune Mexicaine expatriée à Berlin. Son premier séjour, en 1986, lui avait donné à voir une ville traversée par le Mur. Des années plus tard, le Mur est tombé depuis longtemps et Tatiana part à la découverte des espaces en friche laissés par cette séparation. Elle travaille pour un historien, un certain Dr Weiss, qui a enregistré des dizaines d’heures de conférence solitaire sur l’histoire de la ville. Chargée de transcrire ces études, elle traversera en écoutant cette voix chevrotante les stations fantômes du métro berlinois et croisera le chemin de personnages étranges, se laissant entraîner sous terre et au-dessus des nuages, à la poursuite d’une Histoire enfouie et de mille autres choses...

Fabienne Loodts est une artiste belge qui a choisi de s’installer à Berlin pour y réaliser l’adaptation du Livre des Nuages, où l’action se déroule. Diplômée de l’École Nationale Supérieure des Arts Visuels de la Cambre, cette touche-à-tout pratique la gravure, a étudié le graphisme et réalisé de nombreuses illustrations pour des albums jeunesse, des magazines et des affiches.

 

étoile

 
le samedi 25 mai 2013 à 16 h à la librairie (sur réservation)

Une lecture jeunesse (à partir de 6 ans) :

Où sont passées les filles ?
(éd. Thierry Magnier, 2013)

de et par

Gabriele Sparwasser

 
 Où sont passées les filles ? - Gabriele Sparwasser

Fleuriste, volaillère, tailleuse de pierre, médecin... Autant de portraits de femmes au travail, autant de devinettes d’Épinal. L’auteur présente vingt métiers, plus ou moins connus, exercés par des femmes et pose vingt devinettes. La fillette de chacune de ces femmes se cache dans l’image, se dissimulant dans les traits des gravures, et a perdu l’un de ses jouets, venu se mêler aux outils de la travailleuse... Retrouver leur trace, en voilà un beau gage de fête des Mères !


Gabriele Sparwasser a grandi en Allemagne où elle a commencé un apprentissage en taille de pierres après l’obtention de son baccalauréat. Ensuite, elle est partie vivre à Paris où elle a intégré les Beaux-Arts. Depuis elle pratique le dessin, et s’est découvert une passion pour la gravure. Où sont passées les filles ? est son premier livre.

 

Entrée : 3,50 € (tarif réduit 2,50 €)

Avec un goûter et une invitée surprise !

« Les Œuvres de miséricorde » de Mathieu Riboulet

« Les Œuvres de miséricorde » de Mathieu Riboulet

Nous avons le plaisir de vous présenter une lecture de

« Les Œuvres de miséricorde »
Prix Décembre 2012 (éditions Verdier, 2012)

de et par

Mathieu Riboulet

le vendredi 8 mars 2013 à 19 h à la librairie

Donner à manger à ceux qui ont faim, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, loger les pèlerins, visiter les malades, visiter les prisonniers, ensevelir les morts : tels sont les impératifs moraux édictés par l’Église sous le nom d’œuvres de miséricorde, que Le Caravage a illustrés dans un tableau conservé à Naples, et dont tous ceux nés en culture chrétienne sont imprégnés, même s’ils ne les connaissent pas. Ces injonctions morales sont ici mises à l’épreuve de l’expérience – réelle ou imaginaire.

« Il m’a fallu comprendre comment le Corps Allemand, majuscules à l’appui, après être entré à trois reprises dans la vie française par effraction (1870, 1914, 1939), continue à façonner certains aspects de notre existence d’héritiers de cette histoire. Chemin faisant, j’ai tenté d’y voir un peu plus clair dans les violences que les hommes s’infligent – historiques, guerrières, sociales, individuelles, sexuelles, massivement subies mais de temps à autre, aussi, consenties –, dont l’art et la sexualité sont le reflet et parfois la splendide, indépassable, bienheureuse expression, et de les lier du fil de cet impératif de miséricorde qui fonde notre culpabilité pour être, de tout temps et en tous lieux, battu en brèche. »


Mathieu Riboulet est né en 1960 en région parisienne. Après des études de cinéma et lettres modernes à Paris III, il réalise pendant une dizaine d’années des films de fiction et documentaires autoproduits en vidéo, puis il se consacre à l’écriture. Il vit et travaille à Paris et dans la Creuse.


Lecture organisée en partenariat avec le Bureau du livre de l’Ambassade de France en Allemagne


Entrée : 3,50 € (tarif réduit 2,50 €)
Sur réservation

« Hessel & Compagnie » une soirée-rencontre avec Manfred Flügge

« Hessel & Compagnie » une soirée-rencontre avec Manfred Flügge

Nous avons a le plaisir de vous annoncer

« Hessel & Compagnie »

une soirée-rencontre avec Manfred Flügge

Le samedi 23 février 2013 à 19 h à la librairie

 

Tout le monde connaît aujourd’hui Stéphane Hessel, résistant, diplomate français et auteur du pamphlet Indignez-vous !

Manfred Flügge, qui le côtoie depuis presque 30 ans, vient d’écrire la toute première biographie de ce personnage hors du commun : Stéphane Hessel – Portrait d’un rebelle heureux (Éditions Autrement, octobre 2012).

Mais il faut aussi se souvenir de ses parents, l’écrivain et traducteur Franz Hessel et la journaliste de mode Helen Hessel – les personnages de la véritable histoire de Jules et Jim – avec leur ami, le collectionneur d’art et romancier Henri-Pierre Roché, bien sûr.

Originaires de Berlin, la France est devenue aussi pour les parents de Stéphane Hessel et pour son frère Ulrich un recours et un refuge. Ce refuge, bien des intellectuels allemands l’ont cherché en France dans les années 1930 et l’ont trouvé pour un temps à Sanary-sur-Mer, ville où est mort Franz Hessel en 1941, et qui fut rebaptisée « capitale de la littérature allemande en exil ». Aujourd’hui, la commune, qui a redécouvert cette histoire oubliée dans l’après-guerre, joue elle aussi un rôle important dans la consolidation des relations franco-allemandes.

 

Manfred Flügge, auteur de nombreux livres, vit à Berlin depuis presque 40 ans. Né au Danemark, il a passé son enfance dans la Ruhr et fait des études à Münster et à Lille. Il a écrit sa thèse de doctorat sur le théâtre à Paris sous l’Occupation. De 1976 à 1990, il a enseigné la littérature et la civilisation françaises à l’Université Libre de Berlin-Ouest. C’est dans ce cadre qu’il a invité Stéphane Hessel à Berlin en 1987. En 1995, il a participé au tournage du film Le diplomate. Il a écrit des biographies, des romans, des contes radiophoniques pour enfants, mais aussi des pièces de théâtre en français, et la pièce bilingue L’Allemand sans peine. Critique littéraire dans les presses allemande et française, il a traduit des auteurs français comme Dominique Fernandez, Emmanuel Moses, Pierre Mertens. L’essentiel de son travail est consacré aux vies d’artistes émigrés en France et en Californie, et depuis des années, il s’est engagé pour la conservation de la mémoire des artistes et écrivains qui choisirent Sanary-sur-Mer comme lieu d’asile.

 

Lecture en français

Entrée : 3,50 € (tarif réduit 2,50 €)
Sur réservation

Page 12/35
12

EN VITRINE

"L'ogre amoureux" de Nicolas Dumontheuil

"L'ogre amoureux" de Nicolas Dumontheuil

Par un beau matin, un renard et un ours arrivent dans une contrée inconnue qui semble accueillante. Le renard, parti à la recherche de poulaillers, est pris au piège et conduit au château du seigneur de la région, le terrifiant comte de Barback, un fameux ogre de légende. L’ogre lui propose un marché : il ne le mangera pas s’il lui trouve une femme. C’est décidé, ils partiront dès l’aube à la recherche de sa future épouse. Un long voyage commence alors. Dans la veine absurde et transgressive qui lui est chère, Nicolas Dumontheuil rend hommage aux maîtres du récit qui l'ont inspiré, que ce soit par la figure du Gargamel de Peyo ou celle des Compères de la série Sylvain et Sylvette de Jean-Louis Pesch, ces derniers inspirés du légendaire Roman de Renart. (09/2018)

 

Lettre d'infos

Régulièrement, la lettre d'informations dresse un panorama des activités de la librairie et des nouveautés.

La librairie

Librairie française
Patrick Suel
Linienstrasse 141
10115 Berlin-Mitte

Près de l'Oranienburger Str.
tel +49 (0)30. 280 999 05
fax +49 (0)30. 280 999 06
Email info@zadigbuchhandlung.de

Le lundi de 14 à 19 heures,
du mardi au vendredi de 11 à 19 heures
et le samedi de 11 à 18 heures

Zadig

ALBUMS PHOTO

Leïla Slimani et Olivier Guez invités par ZADIG le 31 mars 2015France invitée d'honneur à la Foire du livre de Francfort 2017Une lecture-présentation de Ken Bugul« Le Messager de Hesse », une relecture de Georg Büchner« Les Mystères de la gauche » par Jean-Claude Michéa« L’Art presque perdu de ne rien faire » de Dany LaferrièreRUE DES LIGNES 2013« Verre Cassé » de Alain Mabanckou« Où va Berlin ? » / Partie 2« Où va Berlin ? » / Partie 1Le Livre des NuagesOù sont passées les filles ?Brassens libertaire« Retour à l’envoyeur »Alain FreudigerAfter VIVE LA BOURGEOISIE! le 15 juillet 2006Une lecture de « Brassens. Le regard de Gibraltar » de et par Jacques Vassal le vendredi 15 septembre 2006Jean-Charles Massera