IDÉES CADEAUX

Les rubriques

Nouveaux articles

Chroniques

Coups de cœur

Lehaïm – À toutes les vies de Michaël Sebban

Lehaïm – À toutes les vies de Michaël Sebban

L´année 2003, Eli S., fils de boucher d´Oran, parfait produit de l´intégration, est professeur de philosophie dans un établissement réputé difficile de Seine-Saint-Denis, où il enseigne les principes de la République à des jeunes qui n´y croient plus.
Le Contrat social de Rousseau en filigrane, un constat s´établit : la société des jeunes d´aujourd´hui ne répond plus à ce contrat suranné de la participation au bien commun des valeurs civiques : les leurs sont agrégatives, se désolidarisent de celles du pays où ils vivent, et bouleversent par leur violence et leurs exclusions immédiates.
Une société qui se perd lentement, et une nouvelle terrible à admettre : l´intégration est un leurre qui n´a pas fonctionné. Le retour du religieux s´exprime dans un antisémitisme que la France n´a plus connu depuis la Libération.

Agressé et désigné dans la rue en tant que juif, Eli S. reçoit le choc de ces mots qui lui sont jetés sans regarder où ils tombent, cette parole banalisée insidieusement faisant s´écrouler une vie entière de construction. Mais la quête de la recette mystérieuse du berbouche, le surf à Biarritz, les cigares de marque et la vie paisible de Belleville au Café « Chez Maurice » où il recherche un coin de l´Algérie de ses parents, restent les refuges temporaires d´Eli S..

Ce roman alarmiste (par ailleurs quasi autobiographique) est aussi une prière à la vie, Lehaïm – À toutes les vies, quoi qu´il arrive. L´ombre des années noires, la violence dirigée et les alarmes de l´année 2003 retentissent d´autant plus fort qu´en France la question des synagogues ou cimetières profanés a pu ainsi faire banalement l’actualité.

Lehaïm – À toutes les vies, Michaël Sebban
Pocket, Paris, 2005
9,- €

Poupée Bella de Nina Bouraoui

Poupée Bella de Nina Bouraoui

De cette écriture de la vie nocturne à son arrivée dans la capitale, la narratrice confie ses errances dans ce qu’elle nomme le Milieu des Filles, dans ces discothèques où les rencontres sont vives et parfois sauvages. Ce roman de Nina Bouraoui est un baume sur les plaies d’un désir voué à la répétition et au malheur de tout amour.

« Il n’y a aucun malheur homosexuel, écrit-elle, il n’y a qu’un malheur amoureux. » Elle s´attache à la description intime de cette souffrance autant qu’à fixer des moments de pure euphorie, proche de l’expérience poétique d’un sujet littéralement en transe. « Nous avons toutes le même désir et je n’ai pas peur de cela. Je suis faite des filles de la nuit. Je suis faite de cette intelligence-là. Je suis faite de leur violence et de leur douceur. »

Un très beau livre d’amour, court et violent, où les corps se cherchent, où la solitude de chacun est comme qui dirait tragiquement palpable, où la voix de Nina Bouraoui nous touche encore cette fois par ses phrases courtes et si justes.

Commentaire de Nina Bouraoui:

« Dans ce roman, j´ai l´écriture de mon âge, celui que j´avais à cette époque, celui de mes vingt ans ; il parle de ce que peut être aussi pour une femme la souffrance d´en aimer une autre, tout en soutenant que cette souffrance n´était pour moi jamais intérieure. J´aime la beauté des femmes la sensualité et leur douceur, et surtout je n´en ai pas honte. La souffrance venait du monde des autres où je ne trouvais pas ma place. L´homosexualité n´est pas une alternative, c´est une autre forme d´amour qui n´est pas non plus une identité. […] Avoir choisi le métier d´écrire, c´est accepter de rester  en des terres sauvages, et pour parler d´amour dans mes livres je suis obligée de parler des femmes. »

Poupée Bella, Nina Bouraoui
Le livre de poche, Paris, 2005
7,- €

Exercices de deuil de Arnaud Cathrine

Exercices de deuil de Arnaud Cathrine
L´écriture mélancolique d´Arnaud Cathrine

Deux villes hantées par le souvenir et la perte, deux récits siamois. D'abord Berlin. Potsdamer Platz. Kaspar est comédien. Il s'adresse à Roman, son meilleur ami, qui a quitté Berlin après un violent conflit avec son père, lequel désapprouvait les choix artistiques de son fils. Portrait d'un Berlin déserté, un Berlin qui a mué, où Kaspar se sent étranger lui aussi, avec pour seule présence ce fantôme dont il voudrait se libérer. Et puis Philadelphie. L'Âge de raison. Andrew est un jeune garçon en rupture avec son environnement, du système universitaire jusqu'aux valeurs américaines incarnées par sa famille, ce bonheur obligatoire qui doit en passer par la réussite sociale. Que faire quand on n'est plus que de la colère, arme blanche et impuissante. Que faire, surtout, quand on n'a que la liberté de devenir soi-même mais que l'on se sent étranger chez soi.
Deux récits en miroir pour cet Exercices de deuil au pluriel. Un miroir déformant où se mirent l'étrangeté à soi-même, l'isolement dans la ville et son indifférence, les abris que l'on perd, ceux que l'on réinvente en attendant de savoir quoi faire de soi et quel chemin sera le nôtre. Deux récits qui s'exercent à l'idée de la perte et de l'abandon, avec cette idée que vivre seul, c'est s'entraîner à la mort.

Exercices de deuil, Arnaud Cathrine
Verticales, Paris, 2004
9,- €

Abbés de Pierre Michon

Abbés de Pierre Michon
Les voix de la Croyance

« Toutes choses sont muables et proches de l'incertain. » L'ultime vers d'une chronique rapportée revient comme une antienne dans ces trois récits ardents, cruels, excessifs, qui évoquent autour de l'An Mil les premières générations de bénédictins venus établir leurs monastères dans les îles et les marais de Vendée, sous la haute vigilance de Cluny, dans un temps où christianisme et paganisme sont étroitement imbriqués.

L'écriture de Pierre Michon se fait là plus dépouillée, mais combien puissante à faire monter en gloire le plaisir absolu de la chair, ou à précipiter dans une fureur désastreuse l'être qui tombe sous l'emprise du rien. Et dans les dernières pages du livre, lorsque la relique du Baptiste s'avère n'être qu'un faux, entre deux jurons ou quelques bégaiements, on croit entendre les abbés dire les versets de l'Ecclésiaste où il est question de paroles et de vent…

Abbés, Pierre Michon
Éditions Verdier, Paris, 2002
13,- €
Page 14/18
14

EN VITRINE

"Vernon Subutex 3" de Virginie Despentes

"Vernon Subutex 3" de Virginie Despentes

Vernon Subutex, 3 est le troisième et dernier tome du cycle éponyme écrit par Virginie Despentes durant la période 2014-2017. Il est paru le 24 mai 2017 aux éditions Grasset, deux ans après la publication du deuxième tome.

Lettre d'infos

Régulièrement, la lettre d'informations dresse un panorama des activités de la librairie et des nouveautés.

La librairie

Librairie française
Patrick Suel
Linienstrasse 141
10115 Berlin-Mitte

Près de l'Oranienburger Str.
tel +49 (0)30. 280 999 05
fax +49 (0)30. 280 999 06
Email info@zadigbuchhandlung.de

Le lundi de 14 à 19 heures,
du mardi au vendredi de 11 à 19 heures
et le samedi de 11 à 18 heures

Zadig

ALBUMS PHOTO

Leïla Slimani et Olivier Guez invités par ZADIG le 31 mars 2015France invitée d'honneur à la Foire du livre de Francfort 2017Une lecture-présentation de Ken Bugul« Le Messager de Hesse », une relecture de Georg Büchner« Les Mystères de la gauche » par Jean-Claude Michéa« L’Art presque perdu de ne rien faire » de Dany LaferrièreRUE DES LIGNES 2013« Verre Cassé » de Alain Mabanckou« Où va Berlin ? » / Partie 2« Où va Berlin ? » / Partie 1Le Livre des NuagesOù sont passées les filles ?Brassens libertaire« Retour à l’envoyeur »Alain FreudigerAfter VIVE LA BOURGEOISIE! le 15 juillet 2006Une lecture de « Brassens. Le regard de Gibraltar » de et par Jacques Vassal le vendredi 15 septembre 2006Jean-Charles Massera